Sur les chemins d'Amérique du Sud

De la T de F à la guajira 2.jpg
Montages1046.jpg

De la Terre de Feu à la Guajira

(suite aussi en couleur)

Ushuaïa, Terre de Feu et Canal de Beagle

Montages1050.jpg
Montages1049.jpg
Montages1052.jpg
Montages1053.jpg
Montages1048.jpg
Montages1055.jpg
Montages1059.jpg
Montages1064.jpg
Montages1054.jpg
2021-02-113.jpg
Montages1062.jpg
Montages1063.jpg

Vers le Chili

Cap Froward et Punta Arenas

Montages1051.jpg
2021-02-112.jpg
2021-02-11.jpg
Montages1057.jpg
2021-02-112.jpg

Ile de Chiloé

Montages1074.jpg
2021-02-15.jpg
Montages1078.jpg
2021-02-151.jpg
Montages1071.jpg

La mémoire navigue d’île en île, sur leurs côtes brisées par la mer et le vent, sous le ciel changeant des mille latitudes. Elle peut être un paysage sous le soleil, une ville laissée là et dépeuplée, elle est à Chiloé sa part la plus mélancolique, son regard le plus doux. Quand la lumière est rare et que le froid entre par les embruns du large, sa lenteur est plus naturelle encore. Un jour commence, il finit. La nuit le prolonge et ainsi va le jour d’après. Ainsi le continue le rythme ronflant des bateaux au gré des vagues et des embarcadères. Il est dans le regard perdu d’un homme ou d’une femme, dans le temps arrêté qui, par la grâce d’un moment, alors se multiplie.

Montages1066.jpg
Montages1065.jpg
Montages1077.jpg
Montages1073.jpg
Montages1072.jpg

Précision: Les filigranes ou les surimpressions disparaîtront évidemment de la photo commandée

Toutes les photos présentes sur ce site peuvent être commandées. Vous adresser à olivierescarguel2018@gmail.com ou bien au 0609029868

                                           L'Homme de Palenque

    San Basilio de Palenque est le vestige des villages où se réfugiaient les femmes et les hommes africains qui avaient réussi à fuir l'esclavage. Cet homme en est la mémoire, lexpression ambigüe et la figure imaginaire. Il est entre le nécessaire et le superflu des images et des mots, une parole qu'on aimerait entendre, les soirs de bruit. Lèvres closes, il est demeuré le murmure des autres, comme le songe inachevé d'un chant. San Basilio va disparaissant au gré de ses naturelles insuffisances et des absences alentour. Alors, il peut bien éclairer la souveraineté d'un enfant endormi, ils sont, l'un auprès de l'autre, l'icône rajeunie d'un monde las.