Les fleuves qu'on entend, au loin...

Puerto Gaitan 2 br.jpg

Comme le vent dans les arbres ou le pas des hommes sur le sable, le bruit de l’eau nous relie aux souvenirs et aux rêves. Avec nos songes d’errance et nos besoins de repères, nous allons où nous mènent les traces de vie ou l’idée que, parfois, nous nous en faisons. Les silences l’évoquent, la marche entendue de nos mémoires le ravive. Il en est ainsi partout où nous allons, comme un murmure qui vient, subrepticement peupler les images du monde entier. C’est ce à quoi je vous convie : écouter, dans la contemplation de quelques photographies, le mouvement de l’eau vers la mer, le dépassement du désert, la joie de dire seul ou à plusieurs la reconnaissance que nous en concevons. Pour que nos sens s’illuminent des lumières entrevues et que le récit de nos lèvres dise, de lui-même, la grâce de ces fleuves qu’on entend, au loin.

D’un continent à l’autre, d’Amazonie jusqu’en Oman, des déserts de Liwa jusqu’au bord du Gange et des montagnes d’Abyssinie vers les terres iraniennes, le murmure s’étend comme un désir ou une gratitude. Entre l’ombre et la lumière, voici quelques images offertes de bon cœur, à l’instant du repos et du partage.